Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Qui suis-je ?

«  […] Tandis que, lui, il s'imagine qu'il sait quelque chose alors qu'il ne sait rien, moi qui effectivement ne sait rien, je ne vais pas m'imaginer que je sais quelque chose. En tout cas, j'ai l'impression d'être plus savant que lui en ceci qui représente peu de chose : je ne m'imagine même pas savoir ce que je ne sais pas. »
Apologie de Socrate / Platon [1]

Je m'appelle Rose, j'ai 37 ans et après des études de philosophie, je travaille en bibliothèque. Je suis mariée, sans enfants, et j'habite à la campagne au nord de Strasbourg.

J'ai débuté l'élevage il y a trois ans par un couple d'angora. J'avais déjà eu des lapins auparavant mais je me suis orientée vers le lapin angora car je le trouvais très impressionnant et je savais que c'était une race exigeante. Je n'avais pas de projet d'élevage au départ mais au fil de mes recherches sur cette race, j'ai compris que défendre et élever cette race dans le cadre d'expositions d'aviculture était ce que j'avais envie de faire, malgré de grandes craintes quant au devenir des futurs bébés.

L'élevage n'a pas été une évidence : j'ai été bénévole pendant deux ans à la SPA de Dijon lorsque j'étais étudiante, je m'occupais des chiens, j'ai donc eu l'occasion de voir la tristesse des abandons mais surtout l'irresponsabilité des gens. Mes craintes n'ont pas disparues, bien au contraire, de mauvaises expériences les ont renforcées, c'est pourquoi je fais le moins de portées possible. J'avais espéré que les soins constants qu'exige cette race décourageraient les personnes négligentes, ce n'est malheureusement pas le cas.

Voyant de nombreux angoras négligés, j'ai eu l'idée de créer ce site. J'enrage lorsque je lis sur des sites d'éleveurs « qu'ils sont comme de grosses peluches » ou « qu'il faut les tondre en cas de forte chaleur » … La tonte n'est pas une option : Déshabillez-moi !. Le lapin angora nécessite des connaissances spécifiques sur lesquelles on ne peut pas faire l'impasse.

Mon souhait est d'aider les personnes qui hésitent à adopter un angora à s'engager en toute connaissance de cause.

J'espère également faire découvrir le monde des expositions cunicoles : élever et sélectionner en conformité au standard exige de la rigueur intellectuelle et une discipline quotidienne mais quel beau défi !

Il me semble fondamental d'être dans une démarche dynamique de recherche d'information et d'échange lorsque l'on souhaite élever cette race pleine de challenges. Toujours curieuse des pratiques des autres et de leurs réflexions sur l'élevage, je progresse tous les jours dans ma passion qui, vous l'avez compris, est vraiment dévorante !

[1] Platon, Apologie de Socrate ; Criton ; trad. inédites, introd. et notes par Luc Brisson. Paris : Flammarion, 2005, cop. 1997. ISBN 2-08-070848-1, p. 92.