Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Élever un lapereau orphelin

V. Fréquence et quantité de nourrissage

1. L’estomac du lapereau

Il n'y a pas de norme en matière de quantité et de fréquence, votre plus grand guide sera votre sens de l'observation. Il vous faudra apprendre à bien connaître l'estomac de votre lapereau.

Certains lapereaux pèsent 34 g à 3 jours, d'autres pèseront déjà 100 g au même âge, d'où une différence énorme de contenance de l’estomac !

Avant de lui donner à manger et jusqu'à ses trois semaines, il faudra lui masser le bas ventre afin qu'il fasse pipi car il n'est pas autonome.

Voici un lapereau qui n'a pas mangé :

Le même après manger :

Après manger… Après manger…

Vous pouvez consulter un schéma de l'anatomie du lapin pour voir où se trouve l'estomac : sous les côtes, il forme un haricot vers la droite (quand on regarde le lapereau debout de face) :

Lorsque le lapereau est de couleur claire, on peut voir le lait dans l’estomac par transparence :

2. Quantité moyenne et fréquence de la tétée

Même si, comme je le disais plus haut, c'est plutôt à la taille et au poids qu'il faut se fier (et non à l'âge), je peux tout de même vous livrer la quantité que je donne en moyenne à mes bébés, pour avoir une idée. Il s'agit de la quantité réellement bue car quand je nourris à la seringue (du 1er au 9ème jour environ), je donne 8 ml pour qu'à la fin, il ait effectivement bu 4 ml ! La moitié passe à côté !

Je donne trois fois par jours depuis que j'ai la seringue Squirrels and more qui me permet de mieux nourrir et moins gâcher mais pour mon premier bébé, que je nourrissais avec un compte goutte, je donnais 5 fois par jour (et me relevais la nuit…) car les quantités ingérées à chaque tétée étaient infimes…

Le petit estomac doit être vide au ⅔ avant de refaire un nouveau repas. Trop nourrir n'est pas bon non plus : l'estomac est si fragile qu'il peut rompre si on le remplit trop, mieux vaut être très prudent et faire un petit goûter en plus quelques heures après plutôt que de tout donner en une fois…, Cela peut également occasionner des diarrhées.

Lorsque vous passez au biberon (vers le 9ème jour pour moi mais vous pouvez essayer de le proposer plus tôt), faites très attention à la quantité présente dans le biberon : le bébé va tout "siphonner" en quelques secondes, une fois le réflexe de succion enclenché, il ne saura pas s'arrêter tout seul. Il ne faut donc mettre dans le biberon que la quantité que l'on veut vraiment qu'il boive.

3. L'organisation de ma table

Tant que le bébé ne parvient pas à téter au biberon, il va falloir être très organisé pour qu'il mange le maximum, à la température convenable et sans y passer des heures (surtout si on en a plusieurs à nourrir…)

Je fais réchauffer le lait (que je prépare pour une journée et conserve au frigo avec un couvercle) dans le biberon au micro-onde pendant un peu moins d'une seconde par millilitre (par example, 5 ml - 4 secondes). Il faut bien agiter le liquide après afin qu'il n'y ait pas d'écarts de température au sein de la préparation. A ce stade, le lait est bouillant mais il refroidit en deux minutes. Je prépare une tasse d'eau bouillante, met mon biberon au bain marie dedans et vais chercher mon premier bébé.

Je pèse les bébés tous les matins. Ensuite, je stimule la zone génitale afin qu'il fasse pipi avant de manger.

Une fois le bébé pesé, je verse le contenu du biberon dans une coupelle et rempli ma seringue.

J'emballe ensuite le bébé comme un nem dans du sopalin afin qu'il ne bouge pas trop mais aussi car le lait qui lui dégouline le long de l'échine devient froid en quelques secondes et le but n'est pas qu'il se refroidisse. J'éponge au fur et à mesure ce qui dégouline et surtout, je veille à ce que rien ne vienne en contact avec le nez.

Voici Micro emballé comme un petit rouleau de printemps :

Nourrissage à la seringue :

Nourrissage au biberon :

Il faut essayer que le biberon soit le plus vertical possible (pour que la petite quantité de liquide descende bien dans la tétine), tout en évitant de coucher trop le bébé sur le dos (plus il est incliné sur le dos, plus il risque d'avaler de travers). On introduira la tétine en position assise puis, quand la succion est bien démarrée, on inclinera légèrement le bébé vers l'arrière pour qu'il boive son biberon jusqu'au bout.

J'ai toujours sur mon bureau :

Une fois que le bébé tète au biberon, c'est formidable, on n'a plus besoin d'aucun artifice !

Il faut passer les ustensiles à l'eau bouillante entre chaque tétée pour les nettoyer.

4. La pesée

La pesée est un élément indispensable pour évaluer si tout va bien. Il doit prendre du poids régulièrement, même si ce n'est qu'un gramme ou deux. La prise de poids s'accélère nettement avec l'âge.

Mon premier bébé n'a pas grossi pendant 13 jours, car il n'était pas assez nourri (en quantité et en qualité car j'avais un mauvais lait, trop pauvre). Heureusement, il était gros à la naissance (84 grammes) et il a survécut. Lorsqu'il a pris le biberon, il a grossi d'un coup.

Voici la courbe de poids de Luciferette, mon premier bébé :

Voici la courbe de poids de Micro :

Voici la courbe de poids de Minus :