Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Élever un lapereau orphelin

VI. La fausse route

Le plus grand danger lorsque vous nourrissez un bébé est qu'il fasse une fausse route. Le liquide, au lieu de descendre par l’œsophage dans l'estomac, descend par la trachée et inonde les voies respiratoires. Cela provoque soit la mort, soit une pneumonie fulgurante si le lapin ne parvient pas à dégager lui-même les fluides.

La fausse route n'arrive presque jamais quand on nourri au biberon car c'est lapereau lui même qui contrôle le débit et le rythme de la succion. Il n'en va pas de même à la seringue. Il existe deux cas de figure que l'on peut appeler fausse route mais avec des conséquences bien différentes.

1. Bébé qui tousse

Dans les premiers jours, la bouche étant à quelques millimètres du nez, il faut prendre garde à ce que le lait ne rentre pas par le nez quand le bébé respire. Lors du nourrissage à la seringue des premiers jours, il peut arriver que le débit de la seringue soit trop rapide et le bébé va recracher le lait par le nez car il n'a pas eu le temps de tout avaler : il va alors éternuer et normalement, les choses en resteront là. Cet incident est impressionnant mais sans conséquences pour sa santé future.

2. Bébé en détresse respiratoire

À 24 jours, Achille, un angora anglais, a déclaré un coryza. Il a donc fallut que je l'isole des autres et que je le nourrisse moi même. Ayant le nez très encombré, il avait beaucoup de mal à manger correctement et un matin, il s'est étouffé. J'ai vu qu'il n'avait pas avalé et il s'est débattu donc je lui ai laissé faire une pause et j'ai vu qu'il se sentait mal car il ouvrait grand les narines et levait la tête désespérément pour chercher de l'air. Je ne pouvais rien faire pour le soulager, je l'ai donc reposé dans sa cage où il s'est mis dans un coin presque debout à la recherche d'air. En quelques secondes, il a fait un malaise et ne respirait plus, il était sans connaissance donc je lui ai soufflé dans la bouche et heureusement, sa respiration est repartie. Après examen par le vétérinaire, il n'a eu aucune séquelle de cette aventure, pas de liquide dans les poumons, heureusement. Ainsi, si vous voyez votre lapin dans cette attitude, vous saurez qu'il a fait une fausse route et pourrez vous préparer à le réanimer.