Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Élever un lapereau orphelin

I. Comment savoir si un lapereau a besoin d'aide ?

La lapine ne couve pas ses petits comme une poule, elle ne s'en occupe qu'une à deux fois par jour, quand vous n'êtes pas là, et le plus souvent la nuit. Vous ne pouvez donc pas préjuger de ses qualités maternelles par son apparente indifférence. Avant d'intervenir de quelque manière que ce soit, il convient de diagnostiquer si le lapereau a vraiment besoin d'aide, en restant bien conscient que les meilleurs soins sont toujours ceux de la mère !

Il faut donc contrôler le nid, trois fois par jour si possible, afin de vérifier qu'un bébé n'est pas sorti du nid (auquel cas il va très vite avoir trop froid, s'engourdir et être incapable d'y retourner seul). Si un bébé est hors du nid, il faut le remettre vous-même, la mère ne peut pas le faire.

Les deux critères de bonne santé sont : la chaleur et l'aspect du ventre des bébés.

1. La chaleur

Les bébés doivent être bien chauds, cela signifie qu'ils ont bien mangé. Au deuxième repas "sauté", le bébé est déjà presque froid. Les bébés les plus faibles, ceux qui ont donc le plus froid, essayent de s'enfouir le plus profondément possible dans le nid : vous les trouverez donc toujours en dessous de "la pile". Malheureusement, cette conduite les pénalise pour la prochaine tétée car si la portée est nombreuse, ils auront d'autant plus de mal à remonter rapidement aux mamelles, et à s'imposer par rapport aux autres frères et sœurs qu'ils étaient enterrés profond.

Un doigt glissé au cœur du nid vous renseignera sur la température générale. Pour ma part, je prends en main et pèse chaque bébé à J+1 et J+5, ce qui me permet de constater un éventuel décès et de repérer les plus faibles. Je le fais à mains nues, en éloignant la mère si elle est agressive ou nerveuse. Ça ne lui plaît pas mais ne cause pas d'abandon pour autant.

2. L'aspect du ventre

Un bébé qui a bien mangé a la peau assez tendue, il n'est pas tout fripé.

Voici différentes photos des bébés de Violettes à l'âge de trois jours et à différents stades de faim (une certaine disparité existe, notamment dans les portées nombreuses, puisque chacun n'a pas accès de la même manière aux mamelles) :

Un bébé bien nourri a non seulement un petit bidon bien rond (un arrondi se forme des deux côtés du ventre, sous les côtes) mais aussi deux "ailerons" de part et d'autre du dos, comme une grenouille. Ces ailerons sont particulièrement visibles sur ce bébé de Cerise, qui a 10 jours et est énorme :

Pour d'autres photos, je vous conseille la lecture de l'article de Welsh's Rabbitry (en anglais), les illustrations sont très parlantes.

Plus les bébés sont nombreux dans une portée, moins le développement sera homogène mais les disparités persistent même dans une petite portée de trois. Ces différences sont normales et se rattrapent au fil du temps. Le bébé le plus maigrichon de la portée ne sera pas forcement le plus faible à la taille adulte.

Pour aider la mère à bien nourrir ses bébés, on peut lui donner des vitamines (Tonivit) et une nourriture riche à volonté : des granulés spécial femelle gestante, des flocons d'avoine et de la verdure riche en vitamines. Surtout, il faut faire très attention qu'elle ait de l'eau à volonté tout le temps (elle boit beaucoup plus qu'en temps normal).

Gabriel Lissot, dans son livre L'élevage moderne du lapin affirme ainsi.

« Une lapine nourrice élimine la totalité du stock de minéraux la composant en dix jours, ceci explique les besoins importants des mères lapines gestantes ou allaitantes. »