Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Élever un lapereau orphelin

Introduction

S'occuper d'un lapereau orphelin demande beaucoup de courage et de détermination mais apporte des satisfactions à nulle autres pareilles. Ayant fait cette expérience sans y être vraiment préparée, j'ai eu beaucoup de peine à trouver sur internet des données scientifiques et j'ai été très démunie. Après des heures (voir des jours) de surf acharné, j'ai réuni une documentation conséquente que je souhaite à mon tour vous faire partager. Bien sûr, je ne suis pas vétérinaire, mes conseils sont le fruit de mes réflexions personnelles et n'engagent que moi !

Ma plus grande source d'information m'a été fournie par les "Wildlife rehabilitators", les personnes habilitées à s'occuper des animaux sauvages aux États-Unis. Il s'agit d'un diplôme, au même titre que nos certificats de capacité en France, qui autorise une personne à prendre en charge un certain type d'animal sauvage (écureuils, lapins de garenne, etc) en vue de le réintroduire dans son milieu naturel. Ces personnes sont très actives sur le net et très soucieuses de trouver la meilleur solution à chaque problème. Leurs conseils, notamment en matière d'élevage de lapereaux de garenne, m'ont été du plus grand secours, même s'il existe certaines différences entre le lapin domestique et le lapin de garenne : le lapin de garenne est plus petit, mange donc moins en quantité, est plus sensible au stress et est sevré beaucoup plus tôt (vers 4-5 semaines) que le lapin domestique (8 semaines). Sa croissance est donc plus rapide.

On lit partout que les chances d'élever avec succès un lapereau sont très minces : c'est peut-être vrai mais qui ne tente rien n'a rien donc inutile de se décourager avant de commencer !

Voici la version à imprimer : PDF

Plan

I. Comment savoir si un lapereau a besoin d'aide ?
1. La chaleur
2. L'aspect du ventre

II. Aider un lapereau en difficulté
1. Adoption par une autre lapine nourrice
2. La tétée forcée
3. Le complément au biberon
4. L'alimentation 100 % biberon

III. Le matériel nécessaire

IV. Le lait maternisé pour chaton
1. Composition du lait de la mère
2. Composition du lait maternisé pour chaton

V. Fréquence et quantité de nourrissage
1. L'estomac du lapereau
2. La quantité moyenne
3. L'organisation de la table
4. La pesée

VI. La fausse route
1. Bébé qui tousse
2. Bébé en détresse respiratoire

VII. Le sevrage

VIII. Les maladies liées au sevrage et Conclusion

Bibliographie

L'article en livre numérique