Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Habitat et mode de vie du lapin angora

Cadre de vie

Pendant très longtemps, le lapin a été considéré comme un animal de rente et les éleveurs ont été plus attentif à la production qu’au bien être de leurs animaux. La démocratisation du lapin de compagnie nous a rendu plus soucieux des besoins fondamentaux du lapin, notamment en terme d’installation et d’alimentation.

Tout d’abord, dans la mesure du possible, il serait appréciable d’avoir minimum deux lapins car le lapin est un animal sociable qui a besoin du contact avec ses congénères pour s’épanouir. Lorsqu’ils sont jeunes, il est assez facile de faire cohabiter un couple dont le mâle aura été castré, ou encore deux lapines. L’idéal étant de les acheter en même temps ou a peu d’intervalle. Prévoyez néanmoins deux cages dans les premiers temps, et laisser leur le loisir de se renifler à travers les barreaux avant de les laisser faire connaissance en terrain neutre.

L’habitat

Pour ce qui est de l’habitat, une cage ou un clapier est de toute façon trop petit pour que votre lapin y reste confiné tout le temps : il sera heureux de faire des sorties hors de sa cage. Il a besoin de se dépenser, de sauter et surtout d’explorer de nouveaux horizons. Plus la cage ou le parc sera grand, plus il sera à l’aise. Je dirais qu’une cage d’un mètre de long est un minimum, il en existe de 1m20 qui conviennent très bien.

Sécurisez bien l’environnement dans lequel vous laisser sortir votre lapin : attention au dessous d’armoires, câbles électriques et autres sottises à faire !

L’idéal étant bien sûr de les laisser vivre en totale liberté dans votre maison : plus ils ont d’espace, moins ils font de sottises et le lien que vous partagez avec eux n’en sera que plus fort. Mes deux premiers lapins ont vécus ainsi deux ans en totale liberté dans notre appartement avant l’arrivée de ma chienne Yoda, qui ne leur veut pas de mal mais est très brusque et bien trop grande pour que je puisse les laisser ensembles.

Pour plus d’information sur l’habitat du lapin, je vous conseille l’article de Marguerite & Cie :
Habitat du lapin de compagnie

Pour un blog sur la vie quotidienne avec des lapins :
Les 3 petits lapins

Mes lapins vivent dans des clapiers classiques en béton dont les dimensions intérieures sont 80×60 installés au sous sol de ma maison. La température varie peut au cours de l’année (entre 10 et 16 degrés), ils sont à l’abri des intempéries.

Les lapins angoras peuvent vivre dehors sans problème mais il y a quelques précautions à prendre : ils souffrent beaucoup de la chaleur, il faut donc les tondre encore plus régulièrement en été et installer les clapiers au nord si ils ne sont pas protégés du soleil par un haut-vent. Mes premiers clapiers en béton étaient orientés au soleil levant adossés à la maison mais en été, le soleil "levant" tape presque jusqu’à midi et le béton devient bouillant ! Même en installant une tonnelle pour les protéger du soleil direct, je trouve que ce n’est pas idéal…

Il faut absolument veiller à ce que l’eau ne rentre pas dans le clapier car l’humidité est l’ennemi numéro un du poil de l’angora : il va se transformer en bouloche géante si il est exposé à la pluie !

Si vous les faites sortir dans un parc, même au printemps, ne les mettez pas au soleil. Si on leur laisse le choix, ils préfèrent l’ombre. Attention aussi à la belle rosée du matin dans l’herbe qui feutre tout le ventre !

J’élève mes lapins sur caillebotis et je suis très satisfaite du résultat : le lapin n’est jamais en contact avec la litière souillée, il a donc les pattes parfaitement propres. Cette solution est plus hygiénique pour eux. Je craignais que ce ne soit pas très confortable mais ils ont une très grosse épaisseur de poil sous les pattes (ces fameux poils qui forment de grosses boules de feutre, cf. article Déshabillez-moi! chapitre 6), ils ne développent donc pas de pododermatites comme pourraient le faire d’autres races à poil ras. Au début, je leur laissais un carré de polaire pour se coucher mais ils l’utilisaient comme toilette ! Ils se couchent dans des positions qui marquent un grand bien être, je pense donc que le grillage ne les gêne pas. En revanche, lorsque je les tond, je rajoute par dessus mon grillage une litière de paille les semaines suivantes : cela les réchauffe, et évite l’inconfort lié à la peau nue.

Les bébés ne sont jamais sur caillebotis avant leur deux-trois mois. Le grillage ne convient pas du tout aux lapins nains.

Vous pouvez construire vous même votre caillebotis sur mesure.

Les caillebotis en plastique s’ach├Ętent tous prêts sous forme de plaque de 25×25 cm ou 50×25 cm. Ils sont coûteux mais très résistant et facile à entretenir. Ils ont été spécialement étudiés pour éviter tout inconfort, ils convient è toutes les races. Il existe également des caillebotis à construire soi-même, on achète alors les lattes et les réglettes de fixations pour tout découper soi-même aux bonnes dimensions.

On peut également utiliser du grillage mais pas n’importe lequel : il vous faudra du grillage à maille 19×19 mm avec un fil de 1,45 de diamètre (pour que le grillage soit bien rigide et ne gondole pas). On réalisera un petit cadre en bois ou en alu sur lequel on fixera le grillage. Le cadre devrait être à 10 cm du sol et permettre l’écoulement des urines dans les clapiers dont le sol est légèrement incliné.

Vous pouvez vous adresser aux constructeurs de volières pour un résultat professionnel, ils ont tout le matériel et le savoir faire adéquate.

Les accessoires

Après avoir testé tous les biberons de la création, ceux que je préfère sont ceux-ci :

Ils se remplissent sans se démonter et ne fuient pas. Un lapin buvant 250 ml par jour en moyenne, le modèle de contenance 1 litre me semble idéal pour être sûr qu’il ait toujours de l’eau à volonté.

Dans tous les cas, veillez à éviter les fuites d’eau.

Un râtelier à foin sera également utile car il permet de que le foin ne soit pas souillé au contact du sol.

Au sujet de l’alimentation, je vous renvoie vers mon article L’alimentation du lapin angora.

Élevage en garennes

Au cours de mes recherches sur internet, j’ai découvert un article assez intéressant sur l’élevage des lapins en "garenne", c’est à dire en groupe. Cet article, intitulé "Les lapins veulent vivre ensembles" a pour auteur Lotti Bigler, du Centre spécialisé dans la détention convenable de Zollikofen en Suisse et Marcel Falk, porte parole de l’OVF (Office vétérinaire fédéral de la Confédération Suisse). Il s’agit donc d’une étude scientifique de cinq pages que vous pouvez télécharger sous format PDF sur le site de la société OVF :
OVF - Sociabilité

Les auteurs partent du postulat que le lapin domestique a les même besoins que le lapin sauvage. Les lapins sont très sociables et vivent en groupe hiérarchisés. Les lapins de garenne vivent en groupe de 8 à 10 femelles pour un mâle dominant. Les chercheurs ont donc tenté de reproduire cette organisation sociale en captivité, en rappelant que l’agressivité fait partie du quotidien normal d’un lapin de garenne puisque les rapports sociaux sont fortement hiérarchisés. L’espace a donc été divisé en plusieurs zones différentes : nourriture, exercice et une zone de repos surélevée qui permet aux lapins dominés de sortir du champ de vision des dominants et d’éviter les agressions. De nombreuses cachettes ont été aménagées afin de permettre à chacun de trouver le repos. Les lapins ont semblés apprécier tout particulièrement les zones surélevées. Le bilan de l’expérience est assez positif puisqu’il y a eu peu de blessures sérieuses parmis les sujets et que leur qualité de vie (dans ce cas leur tendance à exprimer des des comportements conformément à leur espèce) était très bonne.

Toutefois, si cette vie en groupe semble parfaite pour les lapins, elle reste difficile à gérer pour l’éleveur : en effet, difficile de contrôler la santé de chaque animal car plus la densité est importante, plus la contagion est difficile à contrôler. D’autre part, le contrôle des naissances est impossible puisque les femelles sont saillies juste après la mise bas. Elles enchaînent donc les portées et si cette grande fertilité est parfaitement naturelle chez les garennes (qui observent spontanément une pause après la troisième ou quatrième nichée), elle n’est pas souhaitable en élevage car trop de portées épuisent la femelle et écourtent sa durée de vie.

Quand on possède plusieurs lapins non castrés et qu’on veut rester maître des naissances, le maintient par groupes devient un vrai casse tête. Deux mâles non castrés n’ont presque aucune chance de se tolérer, il convient donc de séparer les mâles les uns des autres. En revanche, on peut parfaitement élever des lapines ensembles, ou bien des lapines avec un mâle castré… A deux, c’est déjà mieux que seul !

Mes lapines qui vivent à deux se toilettent mutuellement. De plus, certains de mes angoras allemands ont parfois des petites croûtes au coin de l’œil, dues aux larmes : entre elles, mes trois lapines se toilettent les yeux, elles sont donc parfaites ! La plus petite, Pépin, avait même trouvé un moyen de se coucher très confortable : à cheval en travers du dos de sa gigantesque sœur Louise !

Chicken tractors

Vos lapins ne seront jamais plus heureux que dehors et si vous avez la chance de posséder un jardin, profitez en pour leur bricoler un enclos spacieux pourvu d’une maisonnette et d’un abris contre le soleil. Avec des matériaux de récupération type vieilles palettes, vous ferez des merveilles et offrirez à vos lapins la vie au grand air !

Voici un lien vers une page spécialement dédiée aux Chicken Tractors, ou Pyramidengehege en allemand, et qui propose de nombreuses réalisations pour lapins ou poules :
Chicken Tractor Gallery compiled by Katy (en anglais, mais surtout avec des photos)

Les points essentiels

Le sol doit être grillagé si vous ne voulez pas que votre lapin se sauve en creusant ou que des prédateurs viennent s’infiltrer.

Le parc doit comporter un point d’eau, une maisonnette bien isolée du sol (si possible un peu surélevée en cas de fortes pluies), du foin mais surtout une protection contre le soleil ! La température monte très vite en été et il est impératif de prévoir une bâche ou une protection type store ou natte de plage pour conserver un coin de fraîcheur.

Attention également car les races à poils longs ne doivent pas être exposés à la pluie ou l’humidité car le poil se transforme en "bouloche" géante et feutre…

Je ne me suis pas encore lancée dans la construction d’un enclos pour mes lapins mais j’ai quand même plusieurs enclos achetés qui sont bien pratiques :