Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Génétique appliquée

Maintenant que nous avons vu les bases de la génétique, passons à des choses plus concrètes !

Les gènes déterminant la couleur chez le lapin

Gènes et allèles

Il existe 5 gènes principaux responsables de la couleur chez le lapin (A, B, C, D, E) et 5 qui jouent un rôle plus "secondaire" (En, Du, Si, V, W).

Le gène qui code le dessin du pelage chez nos lapins (A pour Agouti) occupe une position déterminée sur le chromosome, cette position est appelée locus. Chez tous les lapins, le gène A est localisé au même endroit.

Un locus est l'emplacement physique précis et invariable sur un chromosome.[1]

L'allèle réfère à une séquence particulière d'ADN sur un locus précis.[2]

Prenons un exemple :
Le gène A (Agouti) est responsable du dessin du poil chez le lapin.

Il existe trois dessins de poil (je les présenterai plus en détail par la suite) :
A , At , a

Ces trois versions possibles du gène agouti sont nommés des allèles. Le gène A possède donc 3 allèles.

La maman et le papa transmettent chacun un exemplaire de leur chromosome : admettons que maman ait transmis, pour le gène A (qui détermine le dessin du poil du lapin), l'allèle A et que le papa ait transmis pour le même gène A l'allèle a. Notre bébé aura donc une combinaison de gène qui lui est propre : Aa.

Allèle dominant ou récessif ?

Les allèles peuvent être dits dominants ou récessifs. Les allèles dominants sont toujours écrits en majuscule et on présente toujours les listes d'allèles par ordre de dominance : ainsi, A domine At qui lui même domine a.

L'allèle dominant est celui qui est visible en regardant le lapin : il détermine le phénotype (ce que je vois). Un lapin modèle agouti est donc forcément A-, sans que l'on puisse savoir quel est son second allèle. Le tiret indique l'incertitude. Le seul moyen de connaitre le second allèle est de se reporter à la généalogie du lapin pour voir ce que les parents auraient pu lui transmettre.

Homozygote ou hétérozygote ?

Si les deux parents transmettent au bébé le même allèle, le bébé sera dit homozygote. Par exemple pour le gène A, si la maman et le papa étaient AA, le bébé sera forcément AA lui aussi.

En revanche, si la maman a transmis l'allèle A et le papa l'allèle a, notre bébé sera Aa, c'est à dire hétérozygote.

Nos deux bébés AA et Aa ont un phénotype identique, ils sont agoutis tous les deux mais ils ne produiront pas la même descendance car leur génotype est différent.

"Porteur" ?

Vous verrez parfois sur les annonces des lapereaux dits "porteurs" de toutes les couleurs de l'arc en ciel, parce que l'arrière grand mère du côté maternelle était de telle couleur…etc. ! Bien sûr, la généalogie est utile car certains caractères peuvent sauter les générations mais ce sont les parents qui déterminent ce dont le lapin est "porteur". Ce terme est bien souvent utilisé de manière impropre.

On dit que le lapin est "porteur" d'une couleur lorsqu'il est hétérozygote pour un ou plusieurs gènes et que l'on sait que les parents lui ont transmis des allèles récessifs. Ces allèles récessifs sont invisibles, ils n'apparaissent pas dans son phénotype, mais ils n'attendent qu'un mariage approprié pour s'exprimer ! Ils sont présents dans le génotype du lapin. Nous verrons au chapitre 3. comment déterminer le génotype d'un lapin grâce à un exemple concret.

Puisque c'est toujours l'allèle dominant qui s'exprime, un lapin At (modèle feu) ne peut pas être porteur de l'allèle A. Il ne peut être porteur que de a.

Pour qu'on lapin soit uni (a), il faut qu'il ait reçu deux fois l'allèle a, il doit être aa. Un lapin aa n'est porteur de rien du tout puisque aa est ce qu'il y a de plus récessif !

Bien débuter !

Les lapins ont des couleurs tellement variées qu'il vous semble impossible de vous y retrouver ?

Je vous conseille tout d'abord d'imprimer ou d'ouvrir dans un nouvel onglet le post d'Alain Ernst sur le forum P'tits patapons, dans lequel il cite et corrige un article Wikipédia. C'est à cet article que je me référerai toujours par la suite car il s'agit de la traduction française (avec les dénominations françaises des couleurs !) de l'excellent site Amy's Rabbit Ranch de Amy Hinkle qui contient plein de ressources passionnantes sur la génétique.

Les trois modèles de répartition de la couleur

Avant de chercher à connaître le code de la couleur de notre lapin, il faut d'abord s'attacher à trouver sur quel "modèle" il est bâti.

Il y a trois modèles de couleur fondamentaux :

A = modèle agouti : poil zoné + poils avec des bandes de couleur

Le pelage est construit sur le modèle "feu" (cf. modèle At) mais en plus, les poils de son manteau comportent des bandes de couleur.

Le lapin a un dessin bicolore, son pelage est divisé en deux grandes zones : le manteau et le ventre. À l'intérieur de ces zones, on distingue un cercle autour des yeux, un triangle à la base du cou, la face interne des pattes, le dessous des pattes, l’intérieur des oreilles et le ventre de couleur blanchâtre.

Voici la description qu'en donne Jacques Arnold au chapitre 5 ("La coloration chez le lapin") de son livre "Parcours animalier, escapades zootechniques, cheminement cuniculicole" :

Agouti sauvage : Les poils sont pour la plupart zonés; ceux du ventre ont une base bleutée et une pointe blanchâtre; ceux du corps ont trois zones nommées de la base vers le sommet sous-couleur, entre-couleur et couleur. Elles sont respectivement bleuâtre, brun orangé et gris brun. La partie supérieure du corps est colorée avec alternance de plages d'expression eumélaniques et phaéomélaniques. Ces dernières sont présentes dans des lieux privilégiés: nuque, bordure des zones latérales séparant le manteau du dessous corporel, plis de l'aine… La partie inférieure du corps, bien délimitée, est dépigmentée ou de teinte atténuée et non zonée. Le lapin de garenne est un bon exemple.[3]

Les lapins angoras jaunes sont sur le modèle agouti, sauf qu'un autre gène (ee) modifie la couleur, bloquant l'expression du noir : le corps est jaune, le ventre est crème et le dos uni jaune.

At = modèle feu : poil zoné

Le modèle feu est le modèle agouti sans les poils à bandes de couleur. Le manteau est uni.

Jacques Arnold nomme ce modèle agouti bicolore :

Agouti bicolore : Les deux couleurs (noir et feu par exemple) sont réparties selon le modèle agouti en des lieux privilégiés, provoquant des colorations contrastées et intenses. Globalement, la partie supérieure du corps est noire non zonée, à l'exception de petites plages d'expression phaéomélaniques situés notamment sur la nuque, aux narines, à la base des oreilles et autour des yeux, le tout paraissant feu. Le menton, la bordure des joues, la face inférieure des oreilles sont également feu. La poitrine et le ventre sont d'un feu très soutenu de même que la partie intérieure des membres et tous les doigts. Le Noir et feu est un exemple de ce patron qui existe aussi en d'autres nuances (Brun et feu, Noir et blanc…)
a = modèle uni

Le lapin est de la même couleur partout.

Un lapin blanc ou tacheté de blanc appartient quand même à l'une de ces trois catégories, mais d'autres gènes viennent en modifier le dessin !

Les autres gènes responsables de la couleur

Il existe encore 5 autres gènes qui jouent sur la couleur :

Pour la description plus détaillée des allèles de chaque gène, je vous laisse vous reporter au post d'Alain Ernst cité plus haut. Vous trouverez également la liste du code génétique de chaque couleur sur cette même page.

Enfin, je vous conseille de vous reporter au guide des couleurs de Amy Hinkle car pour chaque couleur, elle donne le code génétique illustré d'une précieuse photo.

Les couleurs reconnues au standard du lapin angora

Les couleurs reconnues pour l'angora
Blanc aux yeux rouges -- -- cc -- -- cc masque toutes les autres informations du génotype !
Blanc aux yeux bleus -- -- -- -- -- vv vv masque toutes les autres informations du génotype !
Noir aa B- C- D- E- Les yeux sont bruns, les ongles noirs.
Havane aa bb C- D- E- Les yeux sont bruns avec un reflet rouge, les ongles corne.
Bleu aa bb C- dd E- Les yeux sont gris, les ongles corne.
Jaune A- B- C- D- ee Le jaune est en fait un lapin agouti ! ee supprime tous les pigments noirs de sa fourrure, ne laissant apparaître que le jaune et le blanc. Les yeux sont marrons, les ongles corne.

Un cas pratique

Prenons un exemple simple, où seuls deux allèles sont en cause.

Admettons que nous venions de faire l'acquisition d'une lapine noire, dont la maman était jaune et le papa havane.

Avant de commencer à penser "mariage", nous allons essayer de déterminer le génotype de notre lapine à partir de son phénotype (ce qui est visible).

La lapine est noire, elle n'a pas le ventre blanc, on sait donc avec certitude qu'elle est aa.

Pour connaître le deuxième allèle du locus, celui qui n'est pas dominant donc invisible, il faut s'aider de la généalogie de notre lapine qui nous fournira une probabilité sur les couleurs qu'elle pourrait porter ou pas.

Cette probabilité demeure parfaitement théorique: ce n'est qu'avec la première portée, en voyant les couleurs des bébés que nous pourrons affiner nos connaissances sur le génotype de notre couple.

Comme le papa de notre lapine noire était havane (bb) et sa maman jaune (B-), il y a 100 % de chance qu'elle soit porteuse du gène récessif havane, c'est à dire qu'elle soit Bb.

Notre lapine noire est donc :
aa Bb C- D- E-

Maintenant, au tour du futur papa, un lapin havane.

Ce lapin est de couleur unie sur tout le corps, ventre compris, il est donc aa.

Il est de couleur havane, il est donc bb. Il n'y a dans sa généalogie que du havane et du noir, donc pas de surprise normalement.

Notre lapin havane est donc :
aa bb C- D- E-

Voyons maintenant les chances d'obtenir une descendance noire ou havane avec notre mariage : nous allons utiliser pour ce faire un tableau ("Punnett square" en anglais) où l'on notera les deux gènes de la femelle en haut du tableau à l'horizontale, ceux du mâle à la verticale.

Le "Punnett square" !

Chaque parent transmet un allèle de chaque gène.

En reportant à chaque fois dans les cases d'un tableau les allèles du papa et de la maman, on obtient une première idée de la couleur des bébés.

Nous avons vu que nos parents ne différent que sur un seul gène, le B: l'un est Bb, l'autre bb.

Nous n'aurons donc à étudier que ce gène B puisque les autres gènes sont soit identiques (nos deux parents sont aa, les bébés seront forcément aa) soit dominants (B- C- D- E- sont dominants, ils seront donc forcément transmis et dominants chez les bébés aussi).

Dessinons un tableau de trois colonnes et trois lignes.

     
   
   

La ligne du haut en gris foncé est réservée aux deux allèles de la femelle, la ligne verticale en gris clair au mâle.

Notre femelle est Bb, et notre mâle bb:

  B b
b    
b    

Reportons maintenant dans les cases le gène transmis par la femelle :

  B b
b B b
b B b

Reportons ensuite les gènes transmis par le mâle à droite de ceux de la femelle :

  B b
b Bb bb
b Bb bb

En croisant notre lapine noire porteuse havane, c'est à dire Bb avec notre mâle havane bb, nous obtiendrons 50 % de bébés havanes homozygotes (bb) et 50 % de bébés noirs hétérozygotes (Bb) porteurs havane.

Si notre lapine avait été BB, c'est à dire qu'elle n'avait pas été porteuse du havane :

  B B
b Bb Bb
b Bb Bb

Nous aurions obtenu 100 % de bébés hétérozygotes Bb, c'est à dire noirs porteurs havane. Si on marie à leur tour ces bébés porteurs havane avec un lapin havane, on obtiendra alors 50 % de bébés havane homozygotes (bb) et 50 % de bébés noirs hétérozygotes (Bb) porteurs havane.

Plus la couleur que l'on souhaite produire contient de gènes récessifs, plus elle sera difficile à obtenir, le pompon étant quand même la couleur beige appelée "séparator" où tous les gènes doivent être récessifs, sauf le C ! (aa bb C- dd ee)

Les lapins qui n'ont rien de spécial en commun produisent le plus souvent des gris agoutis puisque c'est la couleur la plus dominante.

Maintenant, admettons que nous voulions marier notre lapine noire à un lapin de couleur jaune ! Le jaune a ceci de particulier que c'est la seule couleur reconnue qui ne soit pas unie: le ventre et l'intérieur des membres est blanc crème. Cette répartition de la couleur en deux zones est due au gène A.

Notre lapine noire est :
aa Bb C- D- E-

Un lapin jaune est :
A- B- C- D- ee

Le gène A étant dominant sur a, nous aurons 100 % de lapins avec un marquage dit agouti où deux zones de couleurs se partagent le corps : le ventre est crème tandis que le corps est coloré. Il seront toutefois porteurs du gène (a) puis qu'ils sont tous hétérozygotes (Aa) : si on les marie plus tard à des lapins unis, ils produiront 50 % de lapins unis.

  A A
a Aa Aa
a Aa Aa

Il nous faut maintenant déterminer si notre lapine est homozygote ou hétérozygote pour le gène E. Si elle est EE, nous n'obtiendrons pas de jaune mais seulement du gris avec ce croisement.

Nous savons que la maman de notre lapine était jaune, c'est à dire A- B- C- D- ee et le papa un havane aa bb C- D- E-

  e e
E eE eE
? e? e?

Notre lapine a donc 100 % de chance d'être porteuse de e, quelque soit l'allèle ?. Elle est donc Aaa Bb C- D- Ee

En croisant notre lapine noire Ee avec notre lapin jaune ee, voici ce que nous obtiendrons :

  E e
e Ee ee
e Ee ee

50 % de nos bébés seront jaunes (ee), les 50 % restant seront gris porteurs du jaune (Ee).

Pour faire plus "vendeur", on pourrait ajouter que nos bébés lapins seront à 50 % porteur havane puisque notre femelle est Bb mais aucun moyen de voir lesquels… il faudra tester en les mariant à du havane !

L'argument marketing qui consiste à citer toutes les couleurs présentes dans l'arbre généalogique des parents d'un bébé en utilisant le terme "porteur" est tout à fait abusif : il y a une probabilité qu'un gène récessif du parent ou du grand parent lui ait été transmis mais lorsque cette probabilité descend à 50 %, il est hasardeux de s'y fier.

De plus, cette appellation entretient l'illusion que toutes ces couleurs vont sortir "toutes seules" alors qu'il faut encore trouver le partenaire ayant les bons gènes pour produire la couleur "portée" ! Ne vous laisser donc pas bercer de douces illusions en voyant un superbe bébé porteur de toutes couleurs de l'arc en ciel… regardez plutôt la couleur des parents et celle des frères et sœurs.

Il n'y a qu'en faisant des exercices que vous vous améliorez, je vous invite donc à aller vous entraîner en ligne sur le site des "three little ladies rabbitry" où vous pourrez jouer avec la correction en direct !

Références

[1] National Institutes of Health, Talking Glossary of Genetic Terms. Bethesda : National Human Genome Research Institute, from http://www.genome.gov/glossary/ [lire en ligne, dernier accès 3 avril 2013].

[2] National Institutes of Health, Talking Glossary of Genetic Terms. Bethesda : National Human Genome Research Institute, from http://www.genome.gov/glossary/ [lire en ligne, dernier accès 3 avril 2013].

[3] Arnold, J., "La coloration chez le lapin." Dans: Parcours animalier, escapades zootechniques, cheminement cuniculicole, page 331.

Bibliographie

Arnold, J., Parcours animalier, escapades zootechniques, cheminement cuniculicole. Paris : Éditions ICI, 2010. 370 p. ISBN 978-2-918231-03-05 [lire PDF en ligne].

À lire…

Le site de Amy Hinkle: Amy's Rabbit Ranch

Le site de Phil Batey: Ruskin Miniature Loos

Le site de Don Meek donne le code génétique des principales couleurs des lapins angoras: Don's Angoras

Aussi à voir…

Satinangorakaninchen züchten

Rabbit Colors

Kaninchenwissen