Une Cerise au potager

Attention: tous les liens externes s’ouvrent dans une nouvelle fenêtre.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour certains services adaptés à vos centres d’intérêts.
Cacher ce avertissement

Ce texte et ces images sont la propriété de Rose Brossut-Burghardt. Vous pouvez reproduire cet article en respectant certaines conditions 
1) Partage intégral et à l’identique sans aucune modification (y compris cette notice)
2) Mention du nom de l’auteur et lien vers le site source www.rosebrossut.fr
3) Aucune utilisation commerciale. Pour tout autre usage veuillez nous contacter.

Cacher la licence

Évolution des attributs raciaux chez l’angora

L'angora est une race qui devient tardivement mature, tant au niveau du poids que de la laine. Certains de mes angoras n'atteignent le poids minimum pour exposition que vers les 10 mois !

C'est également à cet âge qu'on peut se faire une bonne idée de la qualité future de la laine du jeune : 9-10 mois correspond à la troisième tonte, celle sur laquelle son sélectionnés les meilleurs sujets destinés à la reproduction dans les stations de testage en Allemagne.

Ainsi, il est très difficile de choisir un sujet d'exposition dès deux mois. On peut toutefois distinguer quelques critères dès deux mois tels que la croupe ou la forme des épaules : si la croupe est osseuse et les épaules plates, cela ne s'arrangera pas avec l'âge, bien au contraire.

Pour ma part, j'accorde la plus grande importance à la bonne conformation du corps, la laine vient en second : si l'on met une superbe laine sur un corps mal fichu, on n'obtiendra jamais un superbe lapin. Ce lapin trompera peut être quelqu'un peu habitué aux angoras mais ne trompera pas un éleveur ou un juge. Développer la laine au détriment du type ne serait pas rendre service à la race : même si le lapin a une super couleur, ou une belle laine, je pense que c'est le type qui doit primer.

L'idéal serait de voir le lapin tondu avant de l'adopter afin de bien pouvoir juger du corps, car la laine masque beaucoup de défauts. Certains éleveurs vous diront que la croupe osseuse est une fatalité chez le lapin dans sa toison d'exposition, car ils mangent moins quand ils ont le poil long et maigrissent. Il est exact qu'ils ont moins d'appétit mais si la croupe est nettement osseuse, elle le restera, même avec 800 g de plus.

Les attributs raciaux ne sont pas prioritaires pour moi, même s'ils doivent être présents ! La mode en France est aux lapins poilus jusqu'au bout du nez, comme chez les béliers nain angoras, masquant parfois les yeux ce qui est rejeté dans tous les standards européens.

Voici la description du standard du Bélier nain angora en Belgique :

"Aussi les extrémités sont pourvues d'un long pelage que l'on appelle les attributs. Sur la tête il commence immédiatement derrière le nez et rejoint le pelage plus long du front (mèches frontales) et des joues (favoris)."

Or, l'angora n'est pas le bélier nain et pour moi, il ne doit lui ressembler.

En Allemagne, les angoras ayant trop de poil au niveau du front sont systématiquement pénalisés d'un point, voir même 1 point et demi à l'expo de Leipzig !

Le standard allemand est très clair :

"Der Stirnbuschel soll schön ausgebilddet sein, aber nicht die Augen des Tieres verdecken. Der Backenbart soll gut ausgebildet sein. Die Ohrbüschel sollten sich über die Rundung am Ohrende erstrecken. Wollbildung am gesamten Ohr ist nicht erforderlich."
"La mèche frontale doit être bien développé mais ne doit pas recouvrir les yeux de l'animal. Les favoris doivent être bien développés. Les plumets doivent dépasser la pointe des oreilles. Il n'est pas obligatoire que la laine recouvre toute l'oreille."

Je trouve très exagéré l'importance accordée aux attributs raciaux au détriment de tout autre critère de sélection mais cela s'explique peut-être par le fait que beaucoup achètent les lapins sur photo… et se peuvent donc s'appuyer que sur ce critère.

La pousse des attributs raciaux est plus ou moins rapide selon les sujets mais on peut déjà à deux mois avoir des indices sur l'aspect futur du bébé.

Puisque les photos parlent souvent mieux que les mots, voici trois séries de photos de bébés dont j'ai pu suivre l'évolution.

Micro, un mâle et sa sœur Minus ont développé deux types d'attributs raciaux assez différents ;

Minus est poilue sur toute la tête et ses oreilles sont garnies de poil de la base à la pointe. Micro a la tête plus courte avec une petite mèche frontale et ses oreilles ont de jolis plumets au bout mais il a pas de laine sur la face externe des oreilles.

Ces différences étaient visible assez tôt :

Micro à deux mois présente une petite touffe de laine entre les oreilles et on distingue une petite pointe de poil au bout des oreilles. Il a de jolis favoris.
Click to enlarge.
Minus à deux mois présente de la laine sur toute la tête et ses oreilles sont garnies de poils sur toute leur longueur.
Click to enlarge.
À un peu plus de deux mois, le poil du corps de Micro a bien poussé, les plumets poussent eux aussi. Il a de petits favoris sur les joues.
Click to enlarge.
À deux mois et une semaine, Minus est déjà bien poilue de la face, le poil des oreilles pousse.
Click to enlarge.
Minus a trois mois, il est plus que temps de la tondre !
Click to enlarge.
Micro à gauche et Minus à droite ont fêté leur un an ! La laine de bébé des mèches frontale a laissé la place à un beau poil de garde bien coloré. Les oreilles de Minus sont garnies de longs poil sur toute la longueur tandis que les plumets de Micro ont poussé. Micro et Minus ont tous deux de jolis favoris.
Click to enlarge.
Micro à gauche et Minus à droite ont fêtés leur un an. On voit bien le poil court sur les oreilles de Micro.
Click to enlarge.

Tous deux sont différents mais acceptés au standard allemand. En revanche, Micro a le poil sur les pattes avant court, ce qui lui ferait perdre des points (mais il est castré et je ne l'exposé pas en raison de sa fracture de l'humérus à la naissance)

Louise est une lapine qui s'est rapidement distinguée de ses frères et sœurs par sa taille immense: tout était grand chez Louise, ses oreilles mais surtout son cœur! Louise n'a pas développé beaucoup de favoris, elle n'avait qu'une petite "mèchette" sur le front et ses plumets étaient insuffisants. Elle n'aurait pas pu faire d'exposition, elle a été placée pour compagnie.

Louise à un mois pèse le double des autres, on voit nettement la démarcation entre le poil court de sa tête et sa mèchette frontale.
Click to enlarge.
Louise à un mois des oreilles immenses mais garnies d'un poil ras !
Click to enlarge.
À deux mois, la mèche frontale a poussé, elle a des favoris mais placés assez bas sur les joues et les poils sur ses oreilles restent courts.
Click to enlarge.
À un peu plus de deux mois, la mèche frontale a bien poussé, les plumets se forment timidement. Elle a un peu de favoris.
Click to enlarge.
À quatre mois, la mèche frontale a diminué en raison de la mue, tout comme les favoris. Les plumets tardent à pousser.
Click to enlarge.
À cinq mois, les favoris repoussent un peu, la mèche frontale s'est regarnie et ont voit que les plumets vont arriver mais ils ne seront jamais très fournis.
Click to enlarge.

Achille a été malade dans son enfance, c'est pourquoi je l'ai gardé, même si sa couleur n'est pas exposable et sa laine d'une qualité médiocre. Il est castré.

Achille à trois semaines, lorsqu'il est tombé malade.
Click to enlarge.
Achille a un mois, on distingue nettement qu'il sera bien pourvu en attributs raciaux.
Click to enlarge.
Achille à un mois et deux semaines a déjà les oreilles poilues sur toute leur longueur. Il a de jolis favoris et une belle mèche frontale.
Click to enlarge.
Achille à trois mois, l'âge ingrat chez les angoras. La laine de bébé laisse place au poil d'adulte, les plumets ont bien poussé.
Click to enlarge.
Achille a cinq mois, ses attributs raciaux ont à peu près atteints leur forme adulte.
Click to enlarge.

La mue est aussi à prendre en compte et certain de mes lapins pourtant très fournis en attributs se retrouvent à certains moments de l'année avec les oreilles presque nues ! Le poil repousse ensuite lentement.

On ne coupe ni ne tond jamais les plumets aux oreilles et on évite de toucher à la mèche frontale car les poils y repoussent moins vite que sur le corps. Les ciseaux laissent des marques disgracieuses dans la laine, il vaut mieux essayer de défaire le nœud au peigne.

Les attributs raciaux sont "fixés" aux alentours de 7 à 8 mois, après que la petite laine de bébé ait mué.

Pour conclure, certains bébés sont très poilus dès deux mois, d'autres mettent plus de temps à développer des attributs raciaux sans que l'on puisse prédire de manière catégorique l'aspect final mais des indices permettent de s'en faire une idée, comme vous l'avez vu en photo !

N'oubliez jamais que même si les attributs raciaux sont obligatoires, ils ne représentent que 10 à 15 points maximum sur 100 dans le jugement… Un bon type et une belle qualité de laine sont mille fois plus importants !